samedi 12 septembre 2015

Mon beau citronnier

L'Aïoli.  
Ed. Lyna. Paris

"Chez moi, dans une pièce qui fait office de cagibi, il y a un tas de choses, plus ou moins bien rangées sur des étagères en bois. Parmi, ce tas de choses rangées sans recherche, il y a une valise. Cette valise n'est pas très jolie, elle n’est pas bien grande non plus, mais elle est juste ce qu’il faut pour y entasser mes souvenirs de vacances : sous un moulin de la Bosse, des rivières qui se précipitent en cascades mousseuses, des truies à tête chercheuse de truffes, des reliefs montagneux du Saint-Gervais, des chalets rustiques enneigés, des feux d’artifices multicolores, sous des panthères des neiges de la réserve d’Auneau, des bords de mers bleutés et surpeuplés des sables d’Olonne, une statue du Roi Mykerinos et de la déesse Hathor de la 4ème dynastie, des nageurs en maillot de bain une pièce qui leur arrive aux genoux, des gorges dangereuses qui rigolent dans la Creuse, des vues d’avion d’un village de Payrac, des bergers assis au milieu de leurs troupeaux de moutons, sous les vieux châteaux de l’Ile d’Yeu, des vieux fumeurs de narguilé syriens posés sur deux chaises comme deux vieilles dames fatiguées, des terrasses parisiennes très chic, un Quercy pittoresque, des jardins fleuris tout à fait maîtrisés, sous des souvenirs fabriqués de Montélimar, des villas aux portails en fer forgé vert olive, des barques nocturnes de la petite Anse, des fleurs des champs naïves et usées aux angles, des tours Eiffel lumineuses sur fond bleu nuit, sous le marché flottant de Raijburi, des ânes qui parlent au lieu de braire, des dunes immenses qui protègent la forêt du vent,des édifices historiques vus de loin, sous des fleurs des Pyrénées, des stalactites et de stalagmites pourpres et violines, trésors de la grotte de l’Aven Armand, des vues plongeantes du Mont-Blanc en noir et blanc, des cœurs géants gravés dans le sable de la côte Atlantique, sous des atolls couleur outremer-paradis, un puits fleuri de l’Ile de Ré, des groupes folkloriques du Morbihan qui sourient, des paysages forestiers mélancoliques, des Pin-ups très maquillées et suffisamment vulgaires, des Maures de profils sous un soleil de plomb, des agents de police capables de mots d’esprits, un envol gris d’oiseaux noirs dans une lumière blanche, des mimosas surexposés de la Côte d’Azur, sous un geôlier de la Tour de Londres, il y a un citronnier.

Un citronnier de Menton. Des touches de jaune et de vert, d’un éclat acide, sur un plan de bleu limpide. Le seul citronnier que j’ai jamais vu là-bas et que j’ai acheté 50 centimes dans une boutique de souvenirs...."

© ema dée 

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Je vous remercie pour votre visite. À bientôt !