vendredi 4 juin 2010

Story-board, dessins et crises de tête

En ce moment, aux ateliers des Beaux-Arts de la ville de Paris, vous pourrez voir plein de choses, de l'expression picturale libre, du modèle vivant coloré, de la sculpture “classique” et plus audacieuse toute en fil, en plâtre et en matériaux divers, des petits films d'animation, des gravures  sur bois et sur métal…. Je le sais, car j'y suis allée aujourd'hui, et en plus je suis élève là-bas, alors je sais de quoi je parle. Donc, parmi toutes ces intéressantes productions d'élèves de tous niveaux et de toutes influences, vous pourrez aussi voir ceci :
 
planchelematouter1.jpg

Mais qu'est-ce, très Chère, que tout ceci ? me direz-vous.  Il s'agit d'une planche pour l'illustration de la chanson Le matou de Steve Waring .  Attention, il ne s'agit là que d'un exercice dans le cadre d'un cours consacré au “story-board” ou comment mettre en scène un texte de son choix de manière sympathique, claire et un peu originale, quand même! Une jolie manière de se mettre en bouche et de se prendre la tête, car je vous avoue qu'il y a eu des crises de larmes et des angoisses, cette année, avec des envies de tout envoyer dans le décor !… Heureusement, je sais aujourd'hui que ça va durer toute ma vie, pire je vais aimer ça! Voilà une certitude rassurante, n'est-ce pas?!

planchelagrenouilleter1.jpg

L'avenir nous dira si cette  expérience-ci , à savoir mon interprétation de la fable de Jean de la Fontaine intitulée La grenouille qui veut se faire aussi grosse que le boeuf, deviendra. En tout cas, j'ai beaucoup appris sur mes tics, mes obsessions graphiques, mon humeur versatile et surtout, surtout, sur mes différentes ressources pour rendre toutes les possibilités du lien texte-image, qu'il s'agisse de bande dessinée, de conte, de fable, de chanson ou de poésie… Parce que le story-board, c'est une technique, une présentation, mais c'est aussi un moyen pour ordonner le joyeux bazar qu'on peut avoir dans la tête quand on se lance dans l'illustration d'un texte qu'on adore, ou une béquille pour choisir une composition qui rende toute la profondeur du texte ou  toute sa simplicité, aussi… Un champ de questionnements infini.
 
Vous pouvez encore voir toutes ces productions demain, samedi 6 juin de 15h à 19h. Précipitez-vous, ne serait-ce que pour admirer la sensibilité et la pertinence de mon boulot, tout de même… et celui des autres aussi, bien sûr, bien sûr!… Enfin….

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Je vous remercie pour votre visite. A bientôt !