mercredi 29 août 2007

Des messagers au Centre Georges Pompidou


Commencée le 6 juin dernier, l'exposition au Centre Pompidou de l'artiste contemporaine française Annette Messager m'a effrayée et séduite en même temps.


Elle débute dès l'entrée du Centre : alors que je faisais la queue pour acheter mon billet, j'entends comme un bruit de chute. Je me retourne et vois alors d'énormes formes comme des agrégats de membres divers, prisonniers d'un filet noir, tomber sur un sol recouvert de traversins, entre lesquels passe un petit mobile. La visite promet d'être singulière, à la hauteur de l'Oeuvre de l'artiste qui mêle avec fantaisie et étrangeté, art et science, choses intimes et expériences universelles…

Différents espaces présentent ses montages de pantins désarticulés, ses figures d'ombres chinoises, ses boudins-messages de tissus, mais aussi ses photographies-tatouages… Autant de facettes de la personnalité de cette plasticienne influencée par le mouvement surréaliste des Avant-gardes et par le mouvement féministe des années 1960-70.
Tour à tour, je regarde au plafond des pantins fous qui s'agitent, dans une vitrine des oiseaux empaillés, dans un espace clos des boules noires semblables à des araignées de cheveux arrachés qui volent, contre le mur des robes sous verre ou encore, par de petites “fenêtres “aménagées dans les murs, une collection de photographies, de dessins et de carnets amassés comme des souvenirs. 

Plus loin, je me retrouve nez à nez avec des figures noires, encore, étranges, objets fantastiques et à la fois familiers projetant des ombres au mur, semblables à des dessins esquissés au lavis…. Plus tard, je découvre dans une vaste salle des formes de tissus gonflées, que l'artiste appelle “Gonflés-dégonflés”, dizaine d'organes sexuels semblant se reposer et attirer la main. Ou encore, des mètres de satin rouge s'élevant et s'abaissant au rythme d'une respiration…

J'ai dû plusieurs fois résister à la tentation de toucher la matière qui recouvre là, un vieux Rocking chair, ou ici, une pile de livres et de peluches installés dans un équilibre fragile…. Oui, tout dans cette exposition paraît fragile, flottant, en suspension, délaissé…
J'ai été séduite par la diversité et l'originalité des installations comme celle constituée de crayons plantés dans un mur, qui, hérissé de pointes multicolores, paraît soudain très agressif. J'ai été très sensible à leur pouvoir évocateur, leur rondeur mais je n'ai pu réprimer certains frissons devant “les pensionnaires” et “la ballade des pendus” qui vous accueillent à l'entrée de l'exposition, ou face aux “articulés - désarticulés”, pantins hybrides composés de peluches. 

Les formes et les couleurs des objets cousus par Annette Messager me parlent d'une enfance douce et rêvée, mais aussi de peurs terribles, d'angoisses tétanisantes… J'ai découvert chaque nouvelle réalisation avec surprise, frayeur, délice et parfois inquiétude.

Mais tout cela est très personnel, allez vous-mêmes vous rendre compte sur place. L'exposition dure jusqu'au 17 septembre.

Pour quelques infos sur Annette Messager, vous pouvez consulter par exemple:

- le site de l'Encyclopédie libre
-un site libre consacré à l'artiste
-un site sur la Biennale de Venise 2005

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Je vous remercie pour votre visite. A bientôt !